Analyse des affiches de campagne des candidats à la présiden

De tout et de rien ...mais surtout de tout :D

Modérateurs: Thibault Fortuner, Leslie

Analyse des affiches de campagne des candidats à la présiden

Messagepar Thibault Fortuner » Lun 5 Mar 2012 13:47


Image

Le choix d’affiche de Nicolas Sarkozy est intéressant.
Il parle d'une France forte, mais il place derrière lui une mer ou un océan. L'eau est instable par essence. Il est difficile de s'appuyer dessus et de prévoir quoi que ce soit avec elle. Le pari fait avec ce symbole est alors assez osé, car il n'y a rien de solide sur quoi s'appuyer dans cette affiche. Si l'eau ou l'océan représente pourquoi pas une force tranquille et innarétable, elle est aussi une force incontrôlable pouvant tout détruire sur son passage. C’est pourquoi après le traumatisme de Fukushima, il est troublant de le voir prendre ce symbole. Un symbole de puissance, certes, mais c'est comme s'il voulait de toute force nous montrer une image tranquille et apaisée de lui, sans se rendre compte qu'il envoyait en même temps le message d'une absence de contrôle possible.
En positif, il nous montre alors qu'il peut, comme un raz-de-marée, tout renverser sur son passage, aller au bout de tout ce qu'il entreprend malgré les obstacles. Mais il nous dit aussi qu'il peut ne pas se contrôler et faire du dégât. Le message inconscient envoyé par cette image est : la France forte mais pas stabilisée ou maîtrisée.

En hébreu c’est la lettre « Mêm » qui nous parlera de l'eau. « Mêm » est en lien avec l’arcane XIII, la carte du Tarot qui n’a pas de nom (comme son affiche). Il envoie un message fort, mais il joue à pile ou face . En effet, l'arcane XIII est l'arcane des angoisses mais aussi celle de la destruction et de la mort. C'est comme s'il nous parlait de la crise dans laquelle nous sommes, avec les angoisses qu'elle peut générer. Mais l'arcane XIII est aussi l'arcane de la transformation, …Il promet alors inconsciemment une table rase, tout détruire pour tout reconstruire, une transformation radicale.

Il choisit de nous montrer l'horizon. C’est encore un message apaisant invitant à véhiculer (avec le slogan) le message d’une force tranquille. L’horizon représente également l’inconnu. Veut-il nous mener vers l'inconnu ? Alors, il fait un pari, car si cela peut prêter aux rêves, à la découverte et à l'aspiration de jours heureux, cela peut mettre notre cerveau archaïque en stress, celui-ci vivant toujours l'inconnu comme potentiellement dangereux.

De plus la mer invitant au départ, il peut alors donner la sensation d’une affiche d’adieu plutôt que d’une affiche de campagne. Est-il en train de nous dire au revoir ? Est-il en train de nous dire qu’il ne sait pas s’il a vraiment l’envie ou l’énergie de continuer cette bataille ?

Sa position à gauche de l'affiche, alors qu'il est tourné vers le futur peut aussi véhiculer le message : « je vous montre le futur, mais moi je reste en arrière ». Est-il fatigué ? A-t’il vraiment envie de faire campagne et d'être élu ?

Voici un autre élément allant dans ce sens. Il est le seul avec Marine le Pen à ne pas mettre son nom (son nom est en tout petit à peine lisible). C'est comme s'il ne voulait pas que l'on mette son nom dans l'urne, comme s'il ne s'associait pas au projet proposé et qu'en ne signant pas de son nom cette affiche, 'il ne s'impliquait pas dedans. Une chose existe par-ce-qu'elle est nommée. En enlevant son nom, a-t-il envie en son fort intérieur, de faire exister ce nouveau quinquennat ?
Sans son nom, il envoi le message de la France forte, mais sans Sarkozy.

Nous pouvons imaginer que les publicitaires ont cherché à gommer son tempérament de feu son tempérament hyperactif, l'image de celui qui court partout et qui est dans l'hyper communication. Gommer l'image de celui qui a pu se montrer virulent ou agressif. En enlevant le nom et en enlevant toute couleur vive, il semble qu'ils aient voulu gommer tout ce qui provoquait la polémique pendant son quinquennat.
Sarkozy peut alors chercher à nous montrer qu'il s'est assagi, qu'il s'est posé. Mais dans un autre sens n'est-il pas en train de se nier lui même ? Cela peut alors être perçu comme une négation de ce qu'il est, comme si il n'assumait pas complètement ce qu'il était. C'est alors à double tranchant : Soit les gens croient en cette transformation et alors c'est gagné pour lui, soit ils n'y croient pas et alors il passe pour un manipulateur.

Vu le caractère que nous lui connaissons, sa position de président sortant, et l'homme de droite qu'il est, je trouve que son affiche est plutôt maladroite.

Image

Dans cette affiche, ce qui est marquant se sont toutes les limites qui la composent. L’encadrement par deux traits de son slogan et le bandeau où se trouve son nom.
En hébreu les limites se trouvent dans la lettre « Het » qui renvoie dans le tarot à « la justice ». Il peut vouloir montrer qu’il n’est pas faible qu’il n’est pas hésitant, qu’il est capable de prendre des décisions et qu’il peut être ferme et décider. En cela, son affiche est une réponse aux attaques qu’il a essuyées à ce sujet. Avec ces cadres, il nous parle de « la justice », de justice sociale.

La couleur rouge utilisée pour ces limites peut nous indiquer un désir de créer une révolution dans ce domaine, ce qui peut aller dans le sens de son slogan : "Le changement c’est maintenant". C'est comme s'il pouvait alors venir parler de révolution pour plus de justice tout en rassurant d'autres électorats en avertissant que celle-ci sera cadrée et encadrée et non pas anarchique. Ce cadre peut même donner un aspect sécurité pouvant apaiser les gens qui pourraient avoir peur du changement. Mais ce qui peut rassurer un électorat peut en effrayer un autre. En effet si la couleur rouge peut parler à l’inconscient du peuple de gauche et d’extrême gauche le cadre lui peut alors être vécu plus comme la prison et l’enfermement, la limitation, leur bloquant l’idée de changement. Il peut alors être perçu comme un candidat du système où rien ne pourra bouger, à cause des cadres qu’il respectera. Comment changer ce qui est enfermé. C’est pourquoi le léger espace qu’il y a de part et d’autre des traits est plutôt bien trouvé laissant une possibilité d’échapper à cela.

En mettant un paysage gris et terne derrière lui et en plaçant son bandeau rouge, c'est comme s'il voulait donner de la couleur au pays. Mais comme c'est son nom qui est surligné de cette couleur, c'est comme si le changement qu'il allait effectuer était plus pour lui-même que pour le pays.

Le visage regardant bien de face est important, car il montre une forme de cohérence entre son slogan et son attitude. Il regarde dans le présent quand son slogan parle de maintenant. Son corps lui, est tourné vers le passé. Il nous montre ainsi son désir de changer le passé, dans le présent, avec énergie. Peut-être manque-t-il un élément nous parlant de son idée de futur pour la France.

Sachant qu'il ne les porte pas toujours, il est intéressant qu’il pose avec ses lunettes. Les lunettes étant un élément extérieur qui nous aide à mieux voir, c'est comme s'il nous annonçait un désir d'accepter une aide extérieure pour y voir plus clair. Veut-il envoyer le message qu'il ne dirigera pas tout seul ?
À moins qu'il ne nous montre son stress de ne pas réussir à y voir clair par lui-même et sa peur de manquer de discernement. Sa problématique de vue pourrait alors être intéressante et nous en dire un peu plus sur son fonctionnement. Myope, il nous parle de sa capacité à regarder, décortiquer ce qui peut bloquer dans le présent pour être en sécurité et pouvoir ainsi avancer. Il cherchera à parer au danger immédiat. Hypermétrope, il peut plutôt voir de loin et avoir un côté visionnaire et une vision à long terme pour lui ou pour la France. Cette vision peut alors le couper peut être du présent et susciter de l'incompréhension.
Astigmate, il peut nous parler d'une capacité à voir deux choses en même temps à avoir plusieurs points de vue sur une question, à voir et à comprendre les différentes possibilités d'une situation, …Mais alors saura-t-il trancher et se sortir de l'indécision. Il peut aussi nous parler d’un message pas clair par la multiplication des avis.

Dans le nom François les lettres F et R sont encadrées. En langue des oiseaux le F et le R sont le feu et l'air et renvoie aux deux transposés du masculin. Son masculin encadré par la « justice ». Le cadre est-il donné par la femme dans sa famille ? Dans sa vie ? Y a-t-il dans sa famille ou rencontre-t-il lui-même des femmes fortes, a-t-il été ou est-il sous l'influence de femmes castratrices ? En tout cas il nous dit que pour lui la femme est forte et donne une vision féministe de lui-même.
Bien sûr, FR étant l'abrégé pour la France (pour internet par ex : .fr) il veut nous montrer sa prédestination à être président, à encadrer et à diriger la France.

Au fond l'affiche est bonne car elle est cohérente globalement et répond aux inquiétudes et aux reproches qui lui étaient faits à son entrée en campagne, en montrant qu'il peut être ferme, intransigeant tout en voulant tout changer et obtenir plus de justice, etc., … Mais l'affiche a le défaut de sa qualité car en allant dans le sens de ceux qui avaient des doutes et en leur donnant des gages de ce qu'ils attendent, il ne montre pas ce que lui pense être le mieux, …Il ne se montre pas lui, il se montre sous le contrôle de l’autre, de l’opinion de l’autre.

Image

L’affiche de marine le Pen est aussi très intéressante.
Le menton reposant sur ses mains fermées. Elle est dans la position de la petite écolière posant sa tête sur ses mains pour écouter et séduire le professeur…pour écouter papa ??? C’est alors une position de petite fille. Elle se présente à nous comme la petite fille disciplinée, à l’écoute de son professeur et de son papa. Nous annonce-t-elle qu'elle n'a pas encore pris son autonomie et qu'elle est encore une élève ou une enfant ? Mais alors une élève studieuse attentive. L'absence sur l'affiche de son prénom et de son nom qui est celui de son professeur de père et sa position limitant la possibilité de s'exprimer, nous envoie un double message : « j'ai peur des lapsus des bévues que pourrait sortir l'un des miens ou moi-même », mais elle envoie également l'information que ce n'est pas elle qui parle. Qui parle alors ? C’est alors comme si elle nous disait que son message n’était pas le sien et qu’elle ne peut donc pas parler en son nom.

L'absence de nom peut exprimer une peur d'être élue, un désir/refus de l'être (Sarkozy non plus ne l'a pas mis) : « Je vous dis que je veux y aller, mais au fond de moi je n'espère pas réussir. Au moins si mon message pouvait être entendu ». En effet, comment voter pour quelqu’un si je ne connais pas son nom ?

Dans l'autre sens Marine le Pen et Nicolas Sarkozy sont les deux seuls qui n'ont pas mis leur nom et qui ont mis le mot « France ». Leurs personnalités et leurs identités pouvant être entendues négativement et pouvant prêter le flanc à la controverse. En ne mettant pas le nom, c'est alors comme s'ils voulaient transmettre le message qu'ils allaient s'effacer pour la France. Ils invitent alors à voter pour la France et non pour eux.

Elle peut aussi vouloir par sa position, nous montrer qu’elle peut être comme le parent en train de regarder son enfant dans son berceau. Son menton reposant sur ses mains, elle n'est pas en position de pouvoir parler, mais dans celle d'écouter. C’est alors comme si elle venait nous dire qu’elle voulait être à notre écoute, à l’écoute de nos problèmes. Avec l'énorme OUI en haut de l'affiche, c'est comme si elle nous annonçait qu'elle allait dire oui à chacune de nos plaintes et de nos demandes. Elle veut alors nous dire qu’elle est là pour nous écouter. Mais si elle nous écoute sa position rend difficile l’action.

La main sur laquelle repose sa tête est fermée. Elle est dans de la protection dans de l'autoprotection. Mais aussi pourquoi pas un poing d’agression ou d’action. Vit-elle une frustration pour la France ? Ou bien vit-elle une frustration pour elle-même ? Se sent-elle muselée ? Par son parti ? Par les autres partis ?

Sa position ne lui permettant pas vraiment d'agir, c'est comme si elle était dans une résistance passive : « Je veux m’opposer et me rebeller mais je ne me sens pas vraiment la force de le faire »., C’est alors sa position d'élève qui la place d'office dans la position d'un numéro 2 et non celle d'un numéro 1, qui la rend impuissante. C'est comme si elle nous exprimait son désarroi face à la possibilité d'être numéro 1 de la France, de son parti.

Les deux bras formant un cercle, elle peut exprimer soi un désir de rassembler de prendre dans ses bras. Elle est alors dans la position de la maman qui veut rassurer l’autre. Les poings étant fermés elle envoie le message de repli sur soi pour se protéger ou de repli sur soi pour la France. Ce qui est en corrélation avec son désir de replier la France sur elle-même pour, à ses yeux la protéger.

Dans cette affiche elle nous montre bien sa dualité entre sa fidélité à son père son désir de lui rendre hommage et en même temps son malaise de ne pas pouvoir s’exprimer elle-même et de ne pas pouvoir dire ce que elle pense.
Au fond elle montre son désarroi d’être un pion de son parti ou de son professeur, son manque de liberté de parole. Croit-elle en son message ? Ou, est-elle prisonnière de lui ?

Image

Jean-Luc Mélenchon annonce la couleur. Il veut la révolution. Son slogan et la couleur utilisée vont de pair et montrent une forme de cohérence. Tout va dans le même sens, son regard va vers le futur, même sa cravate est rouge … il mange révolution, il dort révolution, il respire révolution… il veut nous bouger et nous réveiller.

Mais tout comme Sarkozy, il est à gauche de son image et son corps est tourné vers la gauche. C'est comme s'il voulait vraiment tout changer, mais sans s'en sentir les épaules pour le faire. D'ailleurs, son slogan va dans ce sens puisqu'il dit « prenez le pouvoir », ce n'est donc pas lui qui le prendra.
Comme nous l'avons vu pour Marine le Pen, c'est comme s'il était bien dans la position de numéro 2 mais redoutait la responsabilité de la place de numéro 1. Marine en ne mettant pas son nom et lui en demandant aux autres de prendre le pouvoir. Prenez le pouvoir avec jean Luc Mélenchon nous aurait peut être indiqué son désir de s’impliquer et de le faire avec les autres.

Au fond entre son slogan et son nom écrit en petit il nous montre bien son désir que le peuple prenne le pouvoir, lui restant en retrait. Dans une élection présidentielle où l'on élit un homme, si l'idée peut être noble et représentative de la démocratie dans son idéal (le pouvoir du peuple), dans la culture française d'aujourd'hui cela peut bloquer. En effet en France le président est l’homme providentiel. Hors ici Jean-Luc Mélenchon refuse le pouvoir pour lui et le donne à la masse. Son message est ambitieux, car c'est demander au peuple de prendre sa responsabilité. En France le président est vu comme le « papa », le guide qui doit avoir toutes les réponses. Omniscient, omnipotent. Avec son affiche où il demande à tout le peuple de prendre cette place, il peut alors faire peur aux gens en leur donnant une responsabilité qu'ils ne se sentent peut-être pas près d'assumer, préférant qu'une personne bien définissable le fasse. « Prenez le pouvoir avec Jean-Luc Mélenchon » pourrait alors rassurer les autres.

Sa position tout à gauche, son nom en petit et son slogan demandant à l’autre de prendre le pouvoir peut nous faire nous interroger sur son désir réel d’être au pouvoir. Il peut alors nous montrer une forme de peur d’être numéro 1, qu’il cache par le rouge de la colère, de l’agressivité et de la violence. Sa position d’opposant lui allant à merveille.

Le rouge représente une forme de violence et d'agressivité pouvant marquer son désir de changer une situation, mais avec le sentiment d'impuissance à y parvenir (sinon on ne se met pas en colère). Avec son regard assuré (contrairement à Nicolas Sarkozy dont le regard est un peu dans le vague), il montre qu'il veut croire en son message et qu'il est impliqué dans son désir de révolution, mais sans se sentir lui, à la hauteur pour la faire. C'est alors, comme s'il nous disait qu'il aimerait plutôt être une éminence grise, celui qui dirige dans l'ombre et qui donne une impulsion, mais qui laisse ensuite les autres faire la suite.

Image

Son affiche est simple épurée. Le programme, c'est lui.
Il est le seul à sourire ou à rire en montrant ses dents. Son regard vers le futur nous montre son désir d’un avenir souriant et radieux. Du sourire, nous passons au rire avec les rides autour des yeux, faire attention à ne pas nous faire passer le message que sa candidature est une bonne blague faite au monde.

Il est aussi le seul qui écrive son message à la main. Il veut nous montrer qu’il est là proche de nous, il nous écrit à nous et il nous fait une dédicace. Il veut nous montrer qu’il est au milieu de nous. En écrivant à la main il veut aussi nous faire une promesse, il signe un contrat qu’il passe avec le peuple. Il nous montre alors son engagement et son implication personnelle.

Mais en dehors de cela, il ne montre rien. Son slogan est tout petit quand lui prend toute la place. L'affiche, c'est lui. Même le site internet qu'il donne est à son nom et non à celui de son parti par ex. C’est alors comme s’il nous proposait un homme et non un programme. Il veut nous proposer un homme au-delà d’un parti. Un homme au-delà des clivages. Il nous dit alors que les débats son inutile puisqu'il n'invite pas à l'élection d'une idée ni d'un parti, mais d'une personne : Lui. Nous pouvons le ressentir comme bien seul.

Il est alors à l’inverse d’un Mélenchon qui ne veut pas vraiment du pouvoir et le laisse au peuple, lui il le veut. Il nous dit qu'il est l'homme providentiel dont le peuple a besoin que c'est le pays uni autour de lui qui est la solution. La solution ne vient donc pas d'un programme ou d'une idée, mais d'un homme. Si cela peut donner un aspect mégalomane, ce n'est pas forcément une mauvaise stratégie en France. La culture française depuis De Gaulle place l'élection présidentielle comme l'élection d'un homme pour qu'il soit une forme de monarque élu.

Image


Eva Joly choisit la sobriété et la simplicité dans son habillement. Elle nous montre ainsi qu’elle est comme nous. Mais être notre voisine pour diriger un pays peut alors peut-être la desservir, à moins qu'au contraire nous ne nous sentions compris par cette femme paraissant vivre la même chose que nous. Encore une fois, là les vieilles traditions du pouvoir peuvent alors être un frein.

Son parti mis en avant en haut à gauche nous parle d’Europe. Si, sur une affiche, c'est approprié pour des élections européennes où ce message sera cohérent, la question peut se poser pour une élection nationale. La difficulté de cette affiche est qu'elle s'inscrit dans l'Europe voire dans le monde mais pas dans la France en particulier.

Elle s’adresse donc au monde mais pas à la France en particulier. l'Europe étant une Europe de nations, ne pas parler de quelle partie de l'Europe, il s'agit, de quelle nation nous parlons (la France) peut alors perdre celui à qui elle veut adresser son message. Elle voit grand, dans ses convictions elle peut alors voir trop grand pour pouvoir être suivie ou même comprise. Nous sommes dans une élection nationale et son message est universel… elle cherche alors à faire vibrer la fibre humaine avec un H majuscule, au-delà des frontières, … Mais en faisant cela, elle peut aussi faire peur à beaucoup de gens en enlevant toute frontière et obtenir en réaction, un repli sur soi pour se protéger de cela. Peut-être que faire apparaître le mot « France » quelque part aurait pu permettre aux Français de se situer dans ce rêve, sans se sentir perdu au milieu du monde et du message.

Avec les trois petites étoiles en haut Éva Joly à la tête dans les étoiles. Dans les bandes dessinées, il est fréquent qu'une personne assommée ou qui rêve soit entourée d'étoiles. Elle peut alors nous dire qu'elle rêve de son programme sans être sûre qu'il soit applicable. D'autre part, elle peut aussi nous inviter à rêver, à oser faire quelque chose de fou pour l'Europe. Elle a un rêve pour le monde qu’elle veut nous faire partager. Entre la grandeur de son rêve sans frontières et la simplicité de ses vêtements, elle peut montrer une contradiction : « je rêve, mais ai-je les moyens de mon rêve ?»

Dans le tarot, il y a un arcane qui s'appelle l'étoile, l'arcane XVII. Cet arcane est dans le don. Éva Joly nous dit qu'elle veut être au service de l'autre (son habit simple peut aller dans ce sens, être dans le don à l'autre, qu'elle est prête à s'épuiser pour l'autre… mais alors comme l'arcane XVII, elle est comme la servante humble et généreuse prête à servir le monde. Le problème pouvant venir que la tradition française cherche un Maitre, un roi un empereur. Elle représente alors le complément parfait pour un empereur au pouvoir, en lui apprenant même à servir son peuple au lieu de se servir lui-même. Mais si elle est le complément par l'étoile de l'empereur, elle ne montre pas sur son affiche qu'elle peut aussi être elle-même l'empereur capable de diriger.

Traditionnellement le vert est la couleur de l’espoir. L’espoir n’est pas la certitude et implique le doute. Par contre souligner le « E » en vert renvoie en hébreu à la lettre « Hé ». Elle nous parle de vie, de souffle d'air, …Elle est alors en complète cohérence avec l'écologie et son désir de redonner vie, de maintenir la vie sur la planète.

Elle a ses lunettes à la main. Est-elle en train de les mettre ou de les enlever ? Si elle les enlève, elle nous dit qu'elle veut nous faire recouvrer la vue, elle attend le miracle qui nous rendra la vue. Elle nous invite également à regarder par nous-mêmes, à enlever nos lunettes et nos œillères. Cet acte qui est presque un acte de foi ou un acte de guérison peut faire peur à l'autre, se demandant s'il peut laisser la voiture être conduite par quelqu'un sans lunettes quand normalement elle en a besoin.

Thibault Fortuner
Administrateur du site
 
Messages: 750
Inscription: Jeu 16 Sep 2010 15:25

Re: Analyse des affiches de campagne des candidats à la prés

Messagepar Marie » Mar 6 Mar 2012 19:37

bonjour Thibault :) merci pour toutes ces réflexions....
j'aimerais ajouter les anecdotes concernant l'affiche de Sarkosy mais si tu trouves cela déplacé, tu peux effacer , pas de soucis....

la mer qui est à l'arrière-plan est la mer Egée. Or, en janvier, il y a eu le naufrage du Concordia ,( Concordia est un mot latin qui signifie « harmonie, concorde » (littéralement tous les cœurs ensemble, Concordia, nom latin de la déesse Concorde (divinité), divinité romaine personnifiant la concorde civile)
« In varietate concordia » est la devise dont s'est dotée l'Union européenne.
En effet Concordia est une déesse dont les symboles sont la colombe, la corne d'abondance... Elle symbolise aussi la prospérité et la bonne entente... Echouage le vendredi 13 janvier, célébration de la déesse Concorde le 16 janvier!"
Les coïncidences s'accumulent lorsque l'on sait que chaque étage du Concordia a été nommé d' après un pays européen, Francia, Spania, etc., afin que les passagers se rappellent facilement où se trouve leur cabine... Ca ne s'invente pas, vraiment...

Nicolas Sarkosy a dévoilé son affiche le 16 février....

Donc lorsqu'on regarde cette affiche, on ne peut pas ne pas voir de façon plus ou moins consciente ce naufrage en arrière-plan....

La mer représente également l'uniformité, or Sarkosy a parlé à maintes reprises du Nouvel Ordre Mondial....le N.O.M....ce qui renvoie à la 13...

Cette affiche nous ballotte de court-circuit émotionnel et mental....de paradoxes....étonnant....

bisou
Marie
 
Messages: 55
Inscription: Sam 18 Sep 2010 19:13

Re: Analyse des affiches de campagne des candidats à la prés

Messagepar Elsa » Mar 6 Mar 2012 23:47

Merci Thibault c'est vraiment super :D
j'aime beaucoup car tu donnes le positif et le négatif ce qui fait qu'on ne sent pas de jugement dans ton analyse
Elsa
 
Messages: 12
Inscription: Lun 14 Mar 2011 22:46

Re: Analyse des affiches de campagne des candidats à la prés

Messagepar Leslie » Mer 7 Mar 2012 11:28

Ton analyse se retrouve bien dans certaines vidéos des candidats !!
J'ai souvent du mal à écouter blablater les candidats mais j'avais regardé leurs voeux 2012.

Et si je me souviens bien, pour ceux de Mélenchon, on ne le voyait pas pendant 90% de la vidéo, c'était des citoyens lambda et lui terminait juste par une petite conclusion.

Dans ceux d'Eva Joly, j'avais été étonnée qu'elle mette autant l'Europe en avant justement et on avait presque l'impression qu'elle aurait pu parler de la France ou comme d'un autre pays sans que ça nous choque. Ses lunettes au bout du nez alors qu'elle ne regarde jamais dedans m'avais aussi bien intriguées :D

Marine Le Pen était, il me semble, la seule candidate à faire ses voeux uniquement par son avec juste une photo d'elle (dû à une question technique), peut-on en tirer quelque chose?*

Merci Thibault et continue à nous raconter toutes ces histoires plus passionnantes les unes que les autres ;)
Leslie
Administrateur du site
 
Messages: 23
Inscription: Jeu 16 Sep 2010 16:17


Retourner vers Journal des réflexions du site

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

cron